OBJECTIF DE L’ÉTUDE

Dans cette étude, nous nous intéressons à deux types de pollution :

La pollution atmosphérique, notamment les particules qui se trouvent dans l’air que l’on respire. Cela concerne par exemple le dioxyde d'azote (NO2) et les particules fines en suspension dans l’air provenant de la circulation routière et du chauffage urbain ainsi que les composés organiques volatils (comme le toluène, cancérigène reconnu encore présent dans certaines peintures à l’huile).

pollution chimique

pollution de l'air

La pollution chimique : essentiellement la grande famille des perturbateurs endocriniens (molécules qui ont une influence sur la sécrétion des hormones) qui sont présents dans les emballages alimentaires, les cosmétiques, les produits ménagers... Cela concerne par exemple le bisphénol A et les substances de substitution, le parabène ou d’autres phtalates.

L’étude SEPAGES permettra d'apporter des éléments de réponse à la question suivante :

Quel est l’impact de la pollution atmosphérique et de certains polluants chimiques sur la grossesse, le développement de l’enfant et la santé respiratoire de l’enfant ?

L’étude permettra de caractériser les expositions environnementales subies durant la grossesse, immédiatement après et durant les premières années de vie de l’enfant. L’étude SEPAGES permettra également de réaliser des analyses génétiques afin d’étudier le rôle des facteurs environnementaux sur l’expression des gènes ainsi que le rôle des facteurs génétiques sur la santé.

Grâce à la participation des volontaires dans cette étude, cela permettra d'améliorer nos connaissances sur la santé des femmes enceintes et de leur enfant puisque très peu d’études aujourd’hui ont été réalisées auprès de ce public. Les résultats de l'étude pourront également servir à la mise en place d’actions de prévention auprès de la population et à informer les décideurs et influencer la réglementation sur les niveaux de pollution atmosphérique et sur l’utilisation de certains polluants chimiques dans les produits de consommation. Nous chercherons aussi à peser dans les décisions sur les niveaux de pollution réglementaires.